La « monnaie hélicoptère » : remède miracle ?

La crise sanitaire issue du Covid-19 a donné lieu à des débats sur ce qu’on appelle la monnaie hélicoptère. Il s’agit plus précisément de mesures utilisées par les banques centrales. Ces dernières donnent de l’argent directement aux ménages français afin de relancer l’économie. Si cette technique est très séduisante à prime abord, il s’agit en réalité d’un outil qui comporte de nombreuses failles. La monnaie hélicoptère est-elle vraiment un remède miracle ?

Un transfert de la monnaie via la banque centrale

Avoir recours à la monnaie hélicoptère nécessite de faire transiter le monnaie via la banque centrale. Il s’agit de manière unique et différente de distribuer la monnaie dans l’économie, sans avoir recours aux marchés financiers.

En principe, on part du principe qu’un tel instrument impliquerait le passage de la monnaie aux différents Etats afin de monétiser la dépense publique. Ensuite, cette monnaie serait utilisée pour réamorcer l’économie. Ainsi, l’argent serait versé aux entreprises et aux ménages pour accroître la dépense privée et augmenter la demande. Une telle mesure, toujours temporaire, préserverait les capacités décisionnelles des Etats sur le plan financier.

Monnaie hélicoptère, ou comment inciter les ménages à relancer l’économie

C’est en 1969 que l’image de monnaie hélicoptère a été utilisée pour la première fois. Milton Friedman illustrait alors cette théorie dans son ouvrage intitulé « The optimum quantity of money ». L’idée était de jeter des billets depuis un hélicoptère pour permettre aux citoyens de dépenser l’argent et ainsi redonner un coup de fouet à l’économie. Si le concept a été oublié pendant de très nombreuses années, il est aujourd’hui remis au goût du jour.

Cet instrument financier a donc été au cœur d’un débat important, que ce soit en France comme dans d’autres pays à l’instar des Etats-Unis. La question se posait de savoir si ce type d’instrument était utile pour relancer l’économie au regard de la crise sanitaire sans précédent. La monnaie hélicoptère, versée aux ménages comme aux entreprises, permet-elle de doper la croissance économique sans creuser encore davantage la dette publique de l’Etat ? Cela permettrait de toute évidence de relancer la demande et de permettre aux ménages de consommer davantage. Encore faut-il prendre en compte tous les facteurs de cette technique afin d’en cerner les failles.

Monnaie hélicoptère, une illusion de gratuité

La monnaie hélicoptère a un coût réel pour l’Etat. Lorsqu’une banque centrale souhaite contrôler le taux d’inflation, elle doit s’acquitter d’un taux d’intérêt. Or, ce dernier implique des dividendes plus faibles pour l’Etat et ce, pour de nombreuses années à venir. Le financement par émission monétaire se rapproche beaucoup de la dette à court terme, notamment en ce qui concerne le taux supporté par la banque centrale.

De son côté, si la banque centrale refuse de payer un tel taux d’intérêt sur la monnaie, elle creuserait davantage l’inflation au moment venu. La monnaie hélicoptère a donc un effet secondaire principal qu’est l’inflation. Ce type d’instrument monétaire est également susceptible d’avoir un impact important sur la rentabilité bancaire puisque les établissements bancaires doivent posséder une quantité élevée de réserves. Or, fragiliser les banques ne serait pas forcément une bonne solution en cette période de crise sanitaire. C’est en tous les cas l’avis partagé par de nombreux économistes.

Article suivant

Finances publiques et programme de relance d'après-crise

mar Mai 26 , 2020
La crise sanitaire du Covid-19 est un choc à la fois pour les entreprises, les ménages et l’Etat tout entier. Ce dernier doit relancer l’économie tout en réfléchissant à la santé de ses finances publiques. Quel sera le programme de relance d’après-crise par rapport aux finances publiques ? Eclairage dans […]
finances publiques relance apres crise