Regroupement de crédits : ce qu’il faut savoir avant de s’engager

Un regroupement de crédits permet de racheter ses crédits pour diminuer le montant des remboursements mensuels. Encore faut-il être précautionneux et s’entourer de bons conseils, notamment afin d’analyser le véritable coût de cette opération. Que devez-vous savoir avant de vous engager dans un regroupement de crédits ? Réponse dans cet article.

Faire attention au nouveaux taux d’intérêt

Un premier élément à prendre en considération est le taux d’intérêt. Ce dernier ne doit jamais se confondre avec le remboursement mensuel. En effet, dans le cadre d’un regroupement de crédits, la dette est structurée dans un nouvel échelonnement. Cette dernière est remboursable sur une nouvelle durée et à un taux d’intérêt différent de l’ancien. Si vous remboursez votre dette sur une période plus longue, cela signifie que vos mensualités seront plus basses mais ce n’est pas forcément le cas du taux d’intérêt.

En effet, sachez que plus le remboursement s’étale sur une longue période et plus l’intérêt du crédit est élevé. Avant de vous engager nous vous conseillons donc de ne pas vous cantonner au montant des mensualités mais bien à vérifier le taux d’intérêt. Ce dernier est-il plus bas que celui de votre ancien crédit ? Trouver la réponse à cette question est essentiel avant de vous lancer.

En pratique, il est possible de considérer qu’avec un taux d’intérêt identique, un crédit sur une durée de 3 ans sera moitié plus onéreux qu’un crédit sur 2 ans seulement. Vous devez donc trouver un équilibre entre la durée totale du remboursement de vos crédits et le coût total du rachat. Si votre situation financière vous le permet en cours de remboursement, n’hésitez pas à opter pour un remboursement anticipé de vos mensualités. En vous renseignant au préalable sur les modalités de ce remboursement, vous pourrez économiser sur le montant total de l’intérêt du crédit.

Ne pas oublier les autres coûts annexes

Une erreur fréquente partagée par de nombreux débiteurs est de penser qu’un crédit se compose uniquement de l’intérêt du prêt. Or, d’autres coûts s’ajoutent. Dans le cadre d’un rachat de crédit, les coûts pouvant s’ajouter sont les suivants :

  • coûts de l’assurance. En règle générale, cette dernière est facultative
  • frais de dossier et coûts de facturation. Ces coûts ne sont pas systématiques, ce qui nécessite de réaliser un comparatif au préalable
  • coûts si vous souhaitez faire appel à une agence ou un courtier. Ce professionnel vous apportera des conseils avisés sur votre situation personnelle et pourra parfois vous proposer une meilleure alternative.

Regroupement de crédits : importance de la négociation

Tout regroupement de crédits peut donner lieu à une phase de négociation. Vous devez donc négocier le coût du nouveau crédit auprès de votre établissement bancaire. Quel est la montant de toutes les sommes à devoir au regard de vos prêts ? Prenez en considération les intérêts, l’assurance et bien sûr le capital à rembourser en lui-même.

Dans le cadre de la négociation du taux d’intérêt pour le nouveau crédit qui vient s’ajouter aux anciens, n’oubliez pas le TEG (taux effectif global). Ce taux comprend l’ensemble des coûts obligatoires à l’instar des frais de dossier, des intérêts et des diverses assurances souscrites. Avant de vous engager, vérifiez que le prêt n’est pas à taux variable. En effet, si vous optez pour un taux variable vous risquez de subir une hausse du coût des mensualités pendant la durée de remboursement.

Article suivant

Chômage partiel : qu'est-ce que prévoit la loi française ?

mar Mai 26 , 2020
Le chômage partiel est une situation qui est grandement revenue sur le devant de la scène avec la crise sanitaire actuelle. Le dispositif du chômage partiel (ou activité partielle) obéit à la loi française. Il permet de conserver les salariés en phase d’emploi tout en aidant les entreprises à affronter […]
chômage partiel ce que prévoit la loi française